MenuMenu

RGPD et application mobile - 8 (mauvaises) excuses pour vous défiler

Il existe plein de mauvaises excuses pour éviter le sujet de la conformité RGPD de votre application mobile. Crainte des réactions de l’audience, priorité insuffisante, coûts du chantier… Voici donc le palmarès des mauvaises raisons de se défiler. On vous explique pourquoi elles ne sont pas valables et aussi pourquoi il est plus simple qu’il n’y paraît de s’y mettre, c’est notre product news du jour.

Votre audience ne comprend pas comment l’application mobile fonctionne… et c’est mieux comme ça !

Peu d’utilisateurs savent comment votre application mobile fonctionne. Pour beaucoup, c’est donc une vraie boîte noire. Beaucoup d’éditeurs se sont ainsi habitués à exploiter les données de leurs audiences d’une manière opaque.

Pourquoi ? Informer, c’est courir le risque de l’insatisfaction, des réclamations voire du scandale médiatique.

Et effectivement, ont déjà été clouées au pilori parce que leurs éditeurs.

Pourtant, il y a un vrai intérêt à être davantage transparent. Il s’agit bien sûr d’abord d’optimiser sa conformité RGPD en respectant les exigences légales. Mais au-delà :

  • L’éditeur explique en quoi consiste les traitements de données à caractère personnel. C’est une occasion de mettre en avant l’éthique de votre marque et les bonnes pratiques qu’elle se contraint à respecter. Minimiser les données collectées est par exemple un pas de plus vers le marketing bio et la sobriété numérique.
  • Solliciter le consentement est une manière d’au travers des modes d’exploitation des données qui peuvent être autorisés.

SDK, traceurs, cookies… Il faut en parler ? Mais ça va faire fuir vos visiteurs

Être plus transparent signifie aussi montrer qu’un smartphone est d’abord un outil de collecte de données personnelles. L’utilisation même de l’application mobile nécessite d’accepter le recueuil de certaines données.

La même problématique existe pour les cookies sur Internet. Les CMP (Consent Management Platforms) sont la solution. Grâce à une interface user-friendly et une UX design soignée, cet outil offre une méthode efficace pour expliquer le fonctionnement du site.

Plus encore, l’éditeur peut ainsi faire la lumière sur son business model et en dédramatiser les impacts.

Une CMP permet donc d’offrir une plus grande transparence sur vos pratiques et de redonner le pouvoir à votre audience. Vos utilisateurs apprécient de pouvoir refuser les traceurs et de garder ainsi le pouvoir. Ils sont ainsi plus enclins à accepter.

Cette recette peut désormais être reproduite sur le terminal mobile.

La conformité RGPD de votre application mobile n’est pas une priorité

Le plus souvent, une application mobile repose sur une structure de base enrichie grâce à l’utilisation de SDK tiers. Ces modules vous sont indispensables :

  • pour mesurer l’audience du site ;
  • pour proposer des publicités personnalisées et géolocalisées ;
  • pour permettre le partage de contenus sur les réseaux sociaux ;
  • ...

La est donc un vrai chantier en soi et un chantier prioritaire. En effet, si vous rêvez de taux de consentement élevés, il vous faut montrer que vos traceurs sont inoffensifs et même indispensables aux utilisateurs.

Ce chantier vous aidera ainsi à optimiser le fonctionnement de votre app :

  • vous supprimerez les tags inutiles, ceux de vos anciens fournisseurs avec qui vous ne travaillez plus mais qui continuent de collecter de la donnée ;
  • vous ferez le ménage et retirerez les outils dont vous n’avez plus besoin.

Si je demande un oui, ce sera souvent « Non »

Cookie Axeptio visiteurs applications mobiles

Toute votre audience n’acceptera pas vos traceurs. Et si vous affichez un bouton « Tout refuser » sur le premier écran d’un bandeau cookies, nous vous avons montré qu’une proportion non négligeable de vos visiteurs l’utilisera et refusera vos cookies.

Pour autant, de quel taux d’acceptation avez-vous réellement besoin ?

Les visiteurs qui refuseront ne souhaitent pas interagir avec votre marque. Le consentement est donc un moyen intéressant de segmenter votre audience pour identifier les visiteurs réellement appétents pour vos offres.

Les OS imposent déjà des popin de consentement pour les applications mobiles. Et il y a les paramètres

Effectivement, les imposent de plus en plus ce type de popin. C’était le cas d’iOs 14 par exemple. Le problème est qu’elles ne répondent pas aux spécifications du RGPD. Si vos visiteurs doivent pouvoir accepter ou refuser tous vos traceurs d’un coup, ils devront également être en mesure de faireun choix plus fin.

Par exemple, accepter l’utilisation de la donnée de géolocalisation pour de la mesure d’audience mais pas dans un but publicitaire.

Les paramètres du système d’application ne suffisent pas non plus.

Il faut par conséquent proposer un panneau de gestion des préférences directement au sein de l’application. Voilà pourquoi implémenterez une CMP.

Les CNIL ont déjà fort à faire avec les cookies, on a le temps

Pas tant que ça, non.

Les divers régulateurs en Europe ontqui couvrent tous types de traceurs, y compris les SDK sur mobile.

Par ailleurs, la conformité RGPD des applications mobiles donne épisodiquement lieu à des décisions de sanction. Le sujet des traceurs devient donc de plus en plus prioritaire pour les autorités de régulation.

Vous ne pouvez par conséquent plus vous permettre de négliger ce sujet.

La conformité RGPD va tuer vos revenus publicitaires

Les cookies offrent désormais un retour d’expérience intéressant. Certes, conditionner les cookies publicitaires à un consentement préalable a un vrai impact.

Mais en pratique, les taux d’acceptation demeurent suffisants pour préserver vos recettes.

Vous pouvez par ailleurs sans doute retravailler votre interface dans le temps, optimiser votre configuration et améliorer ainsi le taux d’acceptation.

L’écran est trop petit, impossible de demander le consentement

Cette excuse pouvait s’entendre avant l’arrivée du smartphone.

Mais désormais, les écrans mobiles ont acquis une taille plus importante. Il est donc tout à fait possible d’afficher une CMP et de faire œuvre de transparence dans de bonnes conditions de clarté et de lisibilité.

Conclusion : Prêt à vous lancer dans la mise en conformité RGPD de votre application mobile ?

Les mauvaises raisons de ne pas le faire sont multiples. Mais désormais, la conformité RGPD concerne aussi vos applications mobiles.

Il est donc temps de vous y mettre.

Pour cela, vous pouvez vous appuyer sur des acteurs éprouvés et innovants.

Par exemple, Axeptio a développé un widget mobile qui permet une gestion ergonomique et fun des consentements. Une manière simple de dédramatiser vos collectes de données et d’obtenir les autorisations de vos visiteurs.

On en parle ?