Back to Blog

Pourquoi les SDK ont un impact crucial sur votre application mobile ?

Maxime JAILLET

Votre application mobile est-elle accro aux SDK ? Oui, sans doute. Il faut dire qu’ils facilitent l’intégration d’outils indispensables pour enrichir l’expérience user. Et répondre à vos besoins métiers. Sauf qu’ils peuvent perturber le fonctionnement de votre service. Ils ont aussi un impact concernant vos obligations et votre conformité RGPD. On vous en parle, c’est notre product news du jour.

Un sdk, c’est quoi exactement ?

Tout le monde parle de SDK. De nos jours, qui n’a pas son SDK personnel ?

Mais savez-vous vraiment ce qu’est un SDK ?

SDK est l’acronyme de Software Development Kit. C’est un ensemble d’outils destinés à aider le travail de programmation de vos développeurs. Un SDK est spécifique à un système d’exploitation (Android ou iOS par exemple) ou à une plateforme. Cela veut dire que vous l’utiliserez pour concevoir une application dédiée à cet environnement.

On trouve de tout dans cette formidable boîte à outils :

  • des librairies ;
  • des templates de code ;
  • de la documentation, des guides pratiques ;
  • etc.

Pourquoi votre application mobile est accro aux SDK ?

C’est très simple : vous voulez proposer à votre audience la meilleure expérience utilisateur qui soit.

Et pour cela, vous allez embarquer dans votre application mobile des briques fournies le plus souvent par des sociétés tierces :

  • fonctionnalités de partages sur les réseaux sociaux ;
  • module publicitaire ;
  • outil de paiement ;
  • géolocalisation ;
  • outil webanalytics…

Recourir à ces briques vous permet d’enrichir facilement les fonctionnalités disponibles sur votre application. Bien sûr, avec le risque de céder aux sirènes de l’effet Whaou.

Envie de mettre de la réalité augmentée dans votre app ? Pas de problème, un commercial fera rêver votre direction marketing, un contrat se signe et c’est un SDK de plus à intégrer. Besoin de monétiser votre audience ? Vous embarquez le SDK d’une société publicitaire et c’est parti…

Il est donc vite fait de ne plus pouvoir se passer des sdk. D’autant que vous réduisez drastiquement le temps de développement de votre app. Eh oui, vos équipes techniques n’auront pas besoin de repartir à zéro pour développer la fonctionnalité qui vous intéresse.

Mais vous rencontrez sans doute le même souci avec les plugins de Wordpress, non ?

SDK – Les impacts à ne pas négliger pour votre application mobile

Votre application mobile ne peut pas se réduire à un empilement de couches informatiques, une succession de briques que vous embarquez à qui mieux mieux.

Vous allez vite vous rendre compte qu’une gestion centralisée et cohérente est indispensable car les impacts sont réels. Vous ne pouvez pas installer n’importe quel SDK. Il faudra étudier en profondeur son fonctionnement. Car oui, il y a beaucoup d’impacts.

  • Un SDK mal conçu peut générer des bugs et autres dysfonctionnements. D’où la nécessité de le tester avant mise en production. Plus vous embarquez de SDK et plus le risque de conflits de fonctionnement est élevé. Aviez-vous vraiment besoin de tous ces outils ? Ou y a-t-il des gadgets superflus ?
  • Trop de SDK, un SDK trop lourd peuvent engendrer des désagréments pour votre utilisateur. Pourquoi ? Un SDK peut également se révéler gourmand en ressources (CPU élevée, consommation de data) et vider la batterie de votre user. Cela impacte naturellement le fonctionnement global de son smartphone. Une bonne manière d’incentiver la désinstallation de votre service…
  • Le choix de la société fournissant le SDK peut se révéler crucial. Car un SDK mal développé peut présenter une vulnérabilité informatique qui perturbera le niveau de sécurité de votre application mobile. Il vous faudra donc vous plonger (avec bonheur…) dans la politique de sécurité de votre fournisseur...

Perte de performance, manque de stabilité du fonctionnement technique de l’application, impact sur l’expérience utilisateur et les usages… Tout ceci justifie une gestion frugale des SDK. Ce qui revient à s’en tenir aux briques réellement indispensables pour proposer l’expérience utilisateur souhaitée.

Les SDK font-ils bon ménage avec la protection des données et le RGPD ?

Lorsque l’application mobile se lance, certains des sdk embarqués va permettre à des sociétés tierces de collecter de la data :

  • certaines sociétés le font uniquement pour votre compte, par exemple pour des besoins de mesure d’audience ou d’A/B testing ;
  • d’autres vont collecter la donnée pour leurs propres besoins, par exemple vos partenaires publicitaires.

Évidemment, nous parlons de données personnelles. Par conséquent, votre application mobile, comme votre site web d’ailleurs, doit embarquer un certain nombre de mesures pour optimiser sa conformité RGPD.

Retenez trois enjeux en particulier :

  • L’intégration de SDK nécessite de bien gérer les accès aux données de vos mobinautes. Sur votre site web, par exemple, vous avez certainement installé un outil pour gérer le recueil des consentements nécessaires au dépôt de certains cookies ? N’est-ce pas ? Sur votre application native, c’est pareil. L’accord des users est indispensable pour autoriser la collecte des données et leur utilisation, notamment publicitaires.
  • Le fonctionnement technique de votre application peut influer sur votre e-réputation. Bien entendu, la très grande majorité de vos users ne comprend pas comment cela fonctionne. Mais des médias spécialisés s’y intéressent de près et montent en épingle certaines affaires. Des éditeurs ont ainsi été livrés à l’opprobre publique parce qu’ils avaient embarqué le SDK de certaines sociétés publicitaires. Pensez-y.
  • La CNIL s’intéresse de plus en plus près aux applications mobiles. Si l’attention est pour l’instant plus sensiblement accordée aux sites web, ce nouveau canal aussi passera un jour sous le feu des projecteurs.

Conclusion : les SDK sont-ils vos amis ?

Nulle raison de dramatiser. Les SDK sont une tendance profonde car elle simplifie le travail des développeurs. Et diminue drastiquement le temps d’intégration.

Le vrai enjeu pour vous est de garder un contrôle drastique et cohérent sur le fonctionnement de vos applications. Et de savoir ne pas céder aux sirènes de l’effet Whaou.

Cette maîtrise du fonctionnement de votre application mobile vous permettra aussi de sécuriser sa conformité au RGPD.

Share on social media: 

Ne partez pas si vite ... 

Gestion des consentements – Axeptio sort son module pour applications mobiles

Après les sites web, le mobile. Savez-vous gérer les consentements sur vos applications mobiles ? La CNIL et ses homologues européens s’intéressent en effet de plus en plus à la collecte de données via ce terminal. Ca tombe bien, Axeptio sort un nouveau module de gestion des consentements adapté au fonctionnement des applications natives.

Lire la suite

US – Qu’est-ce que le CCPA et le CPRA et comment s’y conformer grâce à Axeptio ?

Le module d’Axeptio vous permet de déployer une gestion des cookies conforme au CCPA et au CPRA. L’État Californien s’est en effet doté de normes reposant sur l’information du user et un droit à l’opt-out. Pourquoi s’intéresser à nous ? Parce que notre module étant RGPD-friendly, il passe haut la main le stress-test du CCPA. Pour vous, c’est une occasion de rendre fun vos cookies.

Lire la suite

Consentement, bandeau et cookies – La temporisation est la clé

Temporiser le dépôt de vos cookies ? A l’heure de la course aux opt-in perdus, il s’agit de se concentrer sur l’essentiel. En effet, déposer trop tôt vos traceurs signifie collecter de la donnée personnelle sur une audience non pertinente. La temporisation est donc un moyen appréciable de vous recentrer sur les users véritablement engagés...

Lire la suite

Le mieux pour ne rien louper,
c'est surement notre super newsletter !

Un digest, 2 fois par mois, avec toutes les infos essentielles
sur la privacy et le permission marketing. Deal ? 
Dans ce contexte, nous utiliserons uniquement votre adresse email.
Notre routeur email  (Hubspot) aura accès à cette information.
Vous pourrez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désinscription présents dans chacun de nos e-mails.